Tracy Chevalier - La dame à la licorne


Lu aux éditions de la Table ronde - 308 pages
(format poche aux éditions Folio)
Historique
<<
A Paris, Jean Le Viste , désireux d'orner les murs de sa nouvelle demeure parisienne, commande une série de six tapisserie à Nicolas des Innocents, miniaturiste renommé à la cour du roi de France, Charles VIII. Le commanditaire est riche, il rêve de grandes scènes de chasse et de batailles. Surpris d'avoir été choisi pour un travail si éloigné de sa spécialité, l'artiste accepte après avoir entrevu la fille de Jean Le Viste dont il s'éprend. A Bruxelles, le lissier George de la Chapelle est confronté au plus grand défi de sa carrière. Jamais il n'a accepté un travail aussi ambitieux dans des délais aussi brefs. toute la vie de son atelier et de sa famille en sera bouleversée.
En élucidant le mystère d'un chef-d’œuvre, Tracy Chevalier ressuscite un univers de passion et de désirs dans une France où le Moyen Âge s'apprête à épouser la Renaissance.
>>

Nous suivons Nicolas des Innocents, un peintre spécialement dans le miniaturisme qui est engagé par Jean Le Viste afin de lui créer le patron de tapisserie destinées à habiller les murs de la pièce où il prend ses repas. Le commanditaire souhaite un ensemble de tapisseries retraçant une bataille mais par l'intermédiaire du peintre, sa femme va réussir à lui faire accepter quelque chose de plus féminin.

J'aime quand un auteur me fait apprécier une œuvre d'art - ici la tapisserie "La dame à la licorne" - avec moi ça marche à chaque fois. On découvre à travers ce roman une composition de six pièces dont les éléments principaux sont une femme et une licorne. Tracy Chevalier nous décrit parfaitement cette tapisserie que je connaissais très vaguement mais dont je ne m'étais jamais intéressée. Ce que l'on y voit et ce que l'on interprète sont deux choses différentes qui nous sont bien expliquées.
Toujours dans le côté pédagogique, j'ai aimé savoir comment se fabriquer une tapisserie, de la création de cartons (patrons) au tissage.
Attention car même si c'est une histoire basée sur des points historiques, bien que certains restent assez flous, la vie de Nicolas des Innocents, notre artiste, elle, est totalement imaginaire. Mais l'envie de voir ces tapisseries est bien réellement lorsqu’on a terminé le livre.

La seconde chose qui me fait aimer cette histoire est que c'est un roman chorale. Nous suivons des personnages des différentes classes sociales de l'époque avec des intérêts divers et variés mais ce qui les rapprochent dans ce roman, c'est cette fameuse tapisserie.

Alors, après "La jeune fille à la perle" qui est fait dans la même veine, "La dame à la licorne" est également un coup de cœur !



chez les éditions de la Table ronde et Folio

http://img.livraddict.com/covers/183/183854/couv71603061.jpg     http://www.folio-lesite.fr/var/storage/images/product/493/product_9782070300587_195x320.jpg