Jean-Marie Kassab - Les yeux d'Astrid (Partenariat)


Lu aux éditions Persée - 156 pages
Philosophie
<<
Victime d'un père autoritaire, Francis, travailleur acharné devenu millionnaire fait récemment faillite. En instance de divorce de surcroît, le cumul des problèmes le mène au désespoir. Envisageant pour un moment le suicide, il se retrouve au hasard des routes face à face sur une place déserte avec une inconnue prénommée Astrid.
A travers quelques questions judicieuses, Astrid ouvre les yeux de Francis, l'aide à identifier ses problèmes réels et  poursuivre sa quête du bonheur pour retrouver la joie de vivre qui était en fait à la portée de main. Leur débat prend la forme d'une vraie leçon de vie.
Les dernières pages du récit réservent au lecteur des développements inattendus.
>>

Francis est un cinquantenaire qui vient de perdre la fortune qu'il avait accumulé grâce à des rachats d'entreprises. Il est également en train de subir la décision de sa femme, soutenue par leurs enfants : le divorce. C'est alors, qu'en prenant du recul sur sa vie, il va rencontrer une femme sur une plage déserte.

L'écriture de l'auteur est abordable et agréable. Le roman se lit vite, étant donné ses 156 pages, mais c'est aussi grâce à ses chapitres courts qui donnent un rythme soutenu à la lecture ce que j'ai particulièrement apprécié.

Mais l'histoire est assez fade, plate et superficielle, et manque cruellement d'émotions. Les personnages, que ce soit Francis qui fait faillite, sa femme délaissée, ses enfants qu'il préférait couvrir de billets au lieu d'amour, ne m'ont donné aucune empathie à leur égard. Ça manque de profondeurs, de détails, de vie ! Tout est survolé... L'argent et la réussite professionnelle ont une place tellement importante dans le roman que l'humanité n'arrive pas à faire surface...

Astrid ou le personnage qui ne sert à rien ! Je n'ai pas compris l'utilité de cette femme dans cette histoire, elle est comme un cheveu sur la soupe. Elle est simplement là pour donner le change à Francis et non pour lui "ouvrir les yeux" sur ses actions passées. Car il a très bien compris, de lui-même, les erreurs qu'il a fait, et il s'est  remis en question. La voix de la conscience de Francis aurait bien mieux convenu à l'histoire.
De plus, le dénouement dont elle est fait partie intégrante ne m'a pas convaincu. Je ne comprends pas cette fin hors sujet! Ni non plus le titre du roman et la couverture qui lui donnent une importance démesurée et fausse ! Ou alors il aurait fallu que son histoire personnelle nous soit racontée en parallèle de celle de Francis.

 

chez les éditions Persée



══════════════════════



Je remercie les éditions Persée pour l'envoi de ce roman et également à Babelio pour l'organisation de cette Masse Critique Privilégiée !