Jérôme Garcin - Le voyant (Partenariat)


Lu aux éditions Folio - 202 pages
(grand format aux éditions Gallimard
)
Biographie
<<
Né en 1924, aveugle à huit ans, résistant à dix-sept, membre du mouvement Défense de la France, Jacques Lusseyran est arrêté en 1943 par la Gestapo, puis déporté à Buchenwald. Libéré après un an et demi de captivité, il écrit "Et la lumière fut" et part enseigner la littérature aux Etats-Unis, où il devient "The blind hero of the french resistance". Il meurt, en 1971, dans un accident de voiture. Il avait quarante-sept ans.
Vingt ans après "Pour Jean Prévost" (prix Médicis essai 1994), Jérôme Garcin fait le portrait d'un autre écrivain résistant de la France négligé et que l'Histoire à oublié.
>>


Comme certains le savent peut-être, je suis très intéressée par tous les romans, fictifs ou non, qui ont pour toile de fond la seconde guerre mondiale. Du coup, je ne pouvais qu'être attirée par cette biographie de Jacques Lusseyran, un résistant français devenu aveugle accidentellement durant son enfance. Cet homme, déporté dans un camp de concentration alors qu'il n'avait que vingt ans, a su tirer profit de sa cécité et ne regrette en rien cette épreuve.

La vie de Jacques Lusseyran est assez intéressante et nous est présentée sous plusieurs chapitres : son enfance, son engagement dans la Résistance, son emprisonnement et son séjour dans le camp de concentration de Buchenwald, son retour parmi les siens et son penchant pour l'occultisme, son amour pour les femmes et sa vie de professeur en Amérique, et son décès. L'auteur retrace toute la vie de cet écrivain qui fut le chef d'un groupe d'adolescents résistants à Paris alors qu'ils n'était que lycéen.
On nous parle beaucoup de cet handicap, la perte de la vue, qui n'en est pas un pour lui - c'est plutôt un don, car il arrive à "voir" l'âme des gens qu'il rencontre - mais aussi de son envie de devenir professeur alors que le gouvernement de Vichy interdit en 1942, puis la France jusqu'en 1959 aux aveugles, aux manchots,... de passer le concours ; c'est pour cela qu'il s'est réfugié aux États-Unis où il était adoré par ses élèves.

Alors par contre je ne suis pas enchantée par l'écriture de Jérôme Garcin et son envie à chaque page de mettre sur un piédestal ce résistant soi-disant oublié par la France (il reconnait d'ailleurs dans la postface ajoutée au format poche, que la France libérée n'a pas été aussi ingrate qu'il ait pu le dire). D'une part parce que je trouve l'écriture assez pompeuse, avec des énumérations d'auteurs, de compositeurs, de philosophes,... à outrance et d'autre part par le fait qu'il utilise constamment des mots de Jacques Lusseyran, mis entre-guillemets, qu'il insère à ses propres phrases.

Des mots tirés des romans autobiographiques de Lusseyran retraçant les années où il a été résistant et les mois qu'il a passé dans un camp de concentration avec "Et la lumière fut", ainsi que son récit sur les années où il est professeur aux États-Unis dans "Le monde commence aujourd'hui". C'est particulièrement le premier que j'ai envie de découvrir !

Donc oui pour le fond de cette biographie mais non pour la forme !




chez les éditions Gallimard et Folio

http://www.gallimard.fr/var/storage/images/product/8a8/product_9782070141647_195x320.jpg        http://www.gallimard.fr/var/storage/images/product/9a1/product_9782070468904_195x320.jpg


 
══════════════════════



Un grand merci aux éditions Folio pour cet envoi, et je tiens également à remercier la team de LivrAddict pour ces partenariats entre maisons d’éditions et blogueurs !