Jean-Paul Didierlaurent - Le liseur du 6h27 (Partenariat)


Lu aux éditions Folio - 193 pages
(grand format aux éditions Au Diable Vauvert)
Contemporain
<<
"Voilà, on voulait vous dire, on aime bien ce que vous faites. Ça nous fait drôlement du bien. Ça va bientôt faire un an que Josette et moi, on vient vous écouter tous les lundis et jeudis matin."
Sur le chemin du travail, Guylain lit aux passagers du RER de 6h27 quelques pages rescapées de livres voués à la destruction. Ce curieux passe-temps va l'amener à faire la connaissance de personnages hauts en couleur qui cherchent, eux aussi, à réinventer leur vie.
>>

Guylain est un trentenaire, plutôt solitaire, un brin morose et fataliste, qui travaille dans une usine recyclant des livres invendus en pâte à papier. Après chaque journée de travail, il récupère les pages miraculeusement intactes des ouvrages broyés et les lit dans les transports en commun. Son public, devenu des habitués, est toujours très réceptif à ces moment insolites.
Un jour, il découvre, coincée dans son strapontin habituel du RER de 6h27, une clé usb contenant des textes, qui va donner un nouveau tournant à sa vie.

Je ne comprends pas vers quoi l'auteur souhaite nous diriger... Certes j'ai passé une bon moment avec ce livre ; l'écriture est très fluide avec une pointe d'humour. Mais pour moi ce conte moderne est assez décousu, je n'en vois pas le fil conducteur. Pour moi, celui-ci pourrait se diviser en trois histoires bien distinctes : une partie pour Giuseppe et la Chose, une pour Julie et ses écrits et une dernière pour Guylain à proprement parler.
 
Les deux premières ne m'ont fait ni chaud ni froid même si ces deux personnages ont un caractère et un vécu bien à eux (je préfère ne pas vous donnez d'informations sur eux afin que vous les découvriez durant votre lecture). Seul le rapport entre Guylain et les livres m'a parlé. Son envie de redonner vie aux quelques feuillets qui ont survécu en les partageant avec des inconnus le temps de ses trajets maison-travail m'a plu. J'ai apprécié ce qui touche à notre anti-héro mélancolique : les lectures qu'il fait à la maison de retraite des Glycines où les personnes âgées reprennent goût à la vie en l'écoutant mais surtout en commentant, la relation avec sa mère à laquelle il cache sa vraie vie bien plus fade que celle dont il lui fait part, ses conversations avec Rouge de Lisle, son poisson rouge et aussi ses tocs. Mais le reste n'a pas su retenir mon attention !

Je suis perplexe et un peu déçue... Je m'attendais avec quelque chose de plus ciblé sur la lecture et sur le partage de cette passion...


chez les éditions Au Diable Vauvert et Folio

http://img.livraddict.com/covers/125/125367/couv23957308.jpg        hhttp://www.folio-lesite.fr/couv_maxi/01077901851.gif?14418757132700.1447658049225513

Ahhh Rouget de Lisle est tellement beau sur la couverture des éditions Folio !
══════════════════════



Merci aux éditions Folio pour cette initiative de Bookcrossing* (une première pour moi !). Je les remercie également ainsi qu'Anne-Laure de m'avoir donné la possibilité de lire ce roman.
(*) Lire un livre et l'abandonner dans un lieu public (ici avec un rapport avec les transports en commun).