Tracy Chevalier - Le récital des anges



"Le récital des anges" 
de Tracy Chevalier
Lu aux éditions Folio - 434 pages
(grand format aux éditions Gallimard)
Historique


<<
Londres, janvier 1901 : la reine Victoria vient de mourir. Comme la coutume l'impose, les familles se rendent au cimetière. Leurs tombes étant mitoyennes, les Waterhouse et les Coleman vont faire connaissance et leurs petites filles vont immédiatement se lier d'amitié. Pourtant, les familles n'ont pas grand-chose en commun. L'une incarne les valeurs traditionnelles de l'ère victorienne et l'autre aspire à plus de liberté. Dans le cimetière, véritable cœur du roman, Lavinia et Maude se retrouvent souvent et partagent leurs jeux et leurs secrets avec Simon, le fils du fossoyeur, au grand dam de leurs parents. Lavinia est élevée dans le respect des principes alors que Maude est livrée à elle-même : sa mère, Kitty Coleman, vit dans ses propres chimères. Ni la lecture, ni le jardinage, ni même une liaison ne suffisent à lui donner goût à la vie. Jusqu'au jour où elle découvre la cause des suffragettes. La vie des deux familles en sera bouleversée à jamais.
>>



La rencontre des familles Coleman et Waterhouse marque le début du roman. Leurs chemins se croisent au cimetière, où leurs parcelles sont côte à côte, en 1901 durant la journée de deuil pour le décès de la reine Victoria, reine du Royaume-Uni de Grande-Bretagne. C'est dans ce lieu funeste que Maude et Lavinia, fillettes de 5 ans, enfant respective des deux familles, vont devenir amies. Elles se lieront également d'amitié avec Simon, "vilain garçon", qui est le fils du fossoyeur du cimetière.
Mais les deux familles sont bien différentes. Les Waterhouse suivent les convenances de l'époque alors que les Coleman ne s'en tiennent pas rigueur. Ce qui peut amener jalousie, incompréhension...

Kitty Coleman, toujours insatisfaite, est une femme qui s’octroie énormément de liberté ; dans la décoration de sa maison, dans ses relations extraconjugales, dans la politique... C'est grâce à ce personnage, qui décide de rejoindre les suffragettes, que l'auteur amène dans l'histoire beaucoup d'informations sur ce groupe de femmes voulant faire passer une loi pour le vote des femmes au Royaume-Uni. J'aurais cependant voulu un contenu plus dense sur le sujet, car j'ai l'impression de n'avoir eu que les grandes lignes...

Lavinia Waterhouse, dit Livy, est une enfant qui arrive toujours à ses fins, surtout en manipulant sa mère. Superficielle, elle se préoccupe souvent de ses tenues, ce qui permet à Tracy Chevalier de mettre en avant l'étiquette du deuil au début du 20ème siècle.
Maude Coleman est sans aucun doute le personnage qui a su m'attendrir par sa solitude d'enfant unique (que je partage), par son intelligence et par la relation qu'elle entretient avec son père.
Il est étonnant de voir deux fillettes si différentes être amies.

J'ai eu un peu de mal au début à rentrer dans l'histoire, les 200 premières pages m'ont paru longuettes alors que la deuxième moitié s'est très vite lue. Le dénouement de l'histoire est triste à souhait et rempli de rancœur entre Maude et Lavinia à cause d'un gros incident qui s'est déroulé lors d'un rassemblement national à Londres pour la cause des suffragettes. Et c'est le décès de Edward VII, roi du Royaume-Uni et fils de Victoria, en 1910, qui clôt ce roman.

Tracy Chevalier nous offre un roman chorale bien exécuté où chaque personnage a une façon bien à lui de parler ou de penser. Comme avec "La jeune fille à la perle", j'ai adoré cette touche historique qu'elle nous propose.


chez les éditions Gallimard et Folio

http://www.gallimard.fr/var/storage/images/product/bbd/product_9782912517258_195x320.jpg        http://www.gallimard.fr/var/storage/images/product/392/product_9782070425808_195x320.jpg